À propos
Publié par

EDGY WOMEN et EDGY REDUX

Edgy Women et Edgy Redux sont des évènements féministes expérimentaux conçus par Miriam Ginestier et produits par le Studio 303. Commémorant la Journée Internationale des Femmes, Edgy Redux poursuit la mission du festival Edgy Women, qui n’est autre qu’explorer la complexité du féminisme contemporain au travers d’événements artistiques expérimentaux, amusants qui renforcent la communauté.

HISTOIRE

Edgy Women est né en 1994, comme un événement de danse d’une nuit. Par la suite, cet événement a évolué en une performance interdisciplinaire sur deux soirées, accompagné d’une exposition d’art visuel. L’année 2006 est l’année du développement ; ainsi le festival grandit significativement et, est présenté dans différents lieux partenaires. Ceci permet d’offrir un nouveau cadre, pouvant accueillir des pièces plus longues, des artistes venus de loin, et d’autres activités parallèles. En 2013, nous avons célébré la vingtième édition du festival. Des collaborations artistiques sans précédent ont eu lieu entre des artistes de théâtre avant-garde, des lutteuses professionnelles, des artistes visuels, des body-builders, des joueurs de hockey, des danseurs sur glace et des patineurs débutants. De riches conversations ont eu lieu entre les artistes, le public, des universitaires, durant une journée de colloque et au travers de notre zine commémoratif. L’année suivante, après une perte importante de financement, Edgy entra dans une phase de transition, devenant la version concise Edgy Redux. Cette dernière a vu le début de l’implication d’Andrea Rideout comme directrice de la programmation. Edgy Redux a eu lieu trois années d’affilée pour finalement tirer sa révérence en 2016 (cliquez ici pour lire la déclaration de Miriam Ginestier).

MOMENTS-CLÉS
Voir les archives pour les listes complètes des artistes présents.
• 1994 : Le Studio 303 accueille un événement de danse d’une nuit appelé Women from the Edge, avec en vedette le travail de trois chorégraphes New-Yorkais et deux chorégraphes locales, Irène Stamou et Danielle Lecourtois.
• 1995 : L’événement se répète et le nom Edgy Women / Femmes Au-delà est adopté.
• 1998 : Désormais un véritable événement interdisciplinaire de deux nuits, Edgy Women accueille une douzaine d’artistes dont Céline Bonnier et Victoria Stanton.
• 2000-2003 : Une exposition d’art visuel simultanée a lieu dans la Galerie 303, avec des œuvres de Marie-Claude Pratte, Karen Spencer, Louise Dubreuil, Vanessa Yanow, et bien d’autres.
• 2001 : Edgy Women est devenu l’un des quatre évènements de la Série Interdisciplinaire nouvellement créée par le Studio 303.
• 2005 : Edgy Women déménage à la Sala Rossa pour 4 nuits et propose également un concert performance par les très radicales Reines Prochaines (Suisse). La fréquentation passe de 166 personnes en 2004 à 652 en 2005. Les cachets d’artistes ont aussi presque triplé, passant de 2 750 $ à 7 100 $.
• 2006-2007 : Désormais, 3 semaines de festival sont financées par le bureau Inter-Arts du Conseil des Arts du Canada. Edgy Women propose des projections, des expositions, des ateliers, un salon du zine et des performances de 30 artistes ou plus. Le Défi Edgy, très populaire, est créé ainsi qu’un atelier co-animé par Nathalie Claude, Alexis O’Hara et Dayna McLeod. Parmi les partenaires, le Café Esperanza, La Centrale, Dames Reel, Studio XX, Articule et le festival de Hysteria de Toronto.
• 2008 : le festival rencontre des difficultés considérables suite à une perte significative de financement. Afin de tirer le meilleur parti d’une situation catastrophique, Edgy revient au Studio 303 et élabore une édition de l’approche communautaire basée sur les processus. Le festival propose une journée Carrière, un concert de collecte de fonds pour le Projet 10, et une aventure androgyne avec l’artiste trans Lazlo Pearlman et la « femme à barbe » Jennifer Miller.
• 2009 : Le financement des festivals de courte durée n’est plus disponible pour le Studio 303, mais d’autres moyens pour survivre sont trouvés. Tangente devient un partenaire principal pour les 3 années suivantes, et le festival bénéficie de nouvelles collaborations avec Bloc de l’Est et le du Théâtre Mainline qui accueille les Neon Nights de Scandelle, faisant salle comble quatre soirs d’affilée.
• 2011 : Edgy Women présente deux événements qui sortent des sentiers battus introduisant les thèmes sport-loisir et les révélations sexuelles : Slippery de Karen Sherman sur une patinoire publique et Sidewalk Sex Clinic d’Annie Sprinkle.
• 2012 – Nous accueillons l’édition de Edgy Hockey, une conférence inspirée par les UPOP à la Casa del Popolo, plusieurs long-métrages, un Zombie-zine, tout cela avec l’aide très appréciée d’une douzaine de volontaires venus de France !
• 2013 – Nous célébrons le 20ème anniversaire en déménageant au Blue Cat boxing avec des collaborations sans précédent, entre artistes de théâtre avant-gardiste et lutteuses professionnelles, artistes visuels et culturistes, etc. De riches conversations ont eu lieu entre artistes, public, universitaires et activités durant une journée entière de colloque et à travers notre zine commémoratif.
• 2014 – La perte de soutien financier de Patrimoine Canadien à de nombreux choix pour le Studio 303. Parmi eux, il a été décidé de réduire le Festival Edgy Women à trois jours seulement et de couper son budget par 85%. La première édition d’Edgy Redux a consisté en une soirée de courtes vidéos programmées par Dayna McLeod, le retour du Défi Edgy, avec Alexis O’Hara pour MC et un colloque dans le studio pour des discussions entre artistes et universitaires. Miriam Ginestier a aussi accueillie Andrea Rideout à la programmation d’Edgy à partir de cette année là.
• 2015 – Miriam Ginestier est en congé sabbatique de neuf mois. En son absence, Andrea Rideout reprend les reines d’Edgy Redux. Coral Short et Angela Gabereau présentent leur programmation de courtes vidéos pour la nuit blanche, Alexis O’hara présente notre cabaret sur le thème de la magie féministe. Enfin Anne Goldenberg anime notre discussion communautaire sur les possibilités pour artistes féministes de réaliser leurs projets professionnels.
• 2016 – Le Studio 303 en arrive finalement à la conclusion que les ressources Edgy pourraient mieux servir le public féministe en tendant le flambeau à des commissaires émergents. Ainsi une édition d’adieux est organisée autour du thème : La Fin. Miriam Ginestier programme une soirée de vidéo-retrospective pour la Nuit Blanche, Nathalie Claude et Dayna McLeod présentent notre cabaret au Lion d’Or. Enfin, Edgy se fait enterrer digitalement avec un projet wikipedia edit-a-thon.

ARTISTES AYANT GRANDEMENT CONTRIBUÉ À L’IDENTITÉ D’EDGY :
• Nathalie Claude : 1999, 2000, 2002, 2003, 2005, 2007, 2008, 2011, 2016
• Alexis O’Hara : 2000, 2001, 2005, 2007, 2008, 2009, 2012, 2014, 2015, 2016
• Dayna McLeod : 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2011, 2013, 2014, 2016
• Karen Sherman : 2005, 2007, 2010, 2011
• Karen Bernard : 1994, 1997, 1998, 1999, 2000, 2001, 2002, 2003, 2005
• Tonija Livingstone : 1999, 2001, 2006, 2007, 2009, 2012, 2013
• Jess Dobkin : 2004, 2006, 2009, 2010
• Coral Short : 2009, 2010, 2013, 2015
• Lamathilde : 2004, 2010, 2013, 2014
• Jaqueline Van de Geer: 2010, 2014, 2015

LA FIN

Comme nombreux d’entre vous se posent la question, nous avons demandé à la fondatrice et Directrice artistique de longue date du festival, Miriam Ginestier….

Pourquoi arrêter Edgy ?

Il n’y a pas de réponse simple à cette question.

Edgy était mon événement préféré du Studio 303, mais on ne peut pas se le nier lorsqu’une histoire d’amour tire à sa fin. Je ne peux pas l’expliquer autrement. Toute rupture est difficile : nous avons grandi ensemble, nos identités se sont entremêlées, et nous avons partagé tellement de souvenirs, tellement d’ami-e-s. Edgy est un potluck magnifique auquel beaucoup d’entre vous ont contribué! Plus de 500 artistes et travailleur-se-s talentueux-ses, courageux-ses, délirant-e-s, intelligent-e-s et résolument hilarant-e-s ont créé l’élan et l’identité d’Edgy. Comment fait-on pour renoncer à tout cela ?

Plusieurs facteurs ont déclenché la décision de ne pas renouveler ce festival et de créer Edgy Redux à la place : certains personnels, et d’autres liés au contexte. L’inoubliable anniversaire de la vingtième édition d’Edgy Women en 2013 où l’exploration Sport/Art/Genre était l’aboutissement de plusieurs années d’intérêt et de recherche. En toute franchise, je n’étais pas motivée de m’attaquer à une 21ème édition. De plus, je nourrissais un malaise grandissant quant à ce nom anglophone au genre marqué, qui semblait parfois daté et sectaire. Et quand le Studio 303 a perdu le financement de Patrimoine Canadien pour la diffusion, notre événement le plus important a dû être radicalement condensé.

Le festival est donc devenu Edgy Redux, plus concis pour des raisons de budget, perpétué car que nous n’étions pas prêtes à l’abandonner et nous voulions essayer un modèle distillé. Ma collègue Andrea Joy Rideout y est pour beaucoup dans la direction artistique des trois éditions d’Edgy Redux – de son thème d’inauguration Transitions, à La Magie Féministe en 2015, et jusqu’à La Fin cette année. Je lui suis tellement reconnaissante de mener cette dernière édition. Andrea a pensé une manière à la fois intelligente, nostalgique et pragmatique de nous accompagner dans nos adieux à Edgy, tout en renforçant son héritage. En fin de compte, Edgy Redux se termine parce que nous entamons en 2016-17 un nouveau cycle de programmation et ni elle ni moi sommes prêtes à nous engager dans quatre nouvelles années de direction d’Edgy. Nous sommes bien plus enthousiastes à l’idée de ce qui s’en vient.

Malheureusement, les festivals de performance expérimentale féministe se font rare (R.I.P. Hysteria). Mais le vide laissé encourage aussi la nouveauté et le féminisme continuera d’être un thème phare du 303, comme il continue d’apparaître dans le travail de nos artistes, qu’ils ou qu’elles s’identifient ou non en tant que féministes. Studio 303 a toujours été et sera toujours un lieu où les artistes qui travaillent avec des pratiques et des perspectives marginales sont les bienvenu-e-s pour s’entraîner, créer et présenter leurs créations.

Edgy est morte, vive Edgy!

– Miriam

Laisser un commentaire